Rassemblement de soutien à pascal Routy

, par  Sud PTT 36-37 , popularité : 8%

Ce lundi 1 juillet, une vingtaine de camarades se sont rassemblés ce matin devant la permanence du député PS, Jean Patrick Gille, à Tours.

Des camarades de SUD (PTT, Rail, Education, Recherche) et un représentant d’Attac sont venus interpeller le député sur le silence du PS sur cette affaire de mise en examen d’un militant syndicaliste en Indre et Loire. De l’avis même de notre avocat, le dossier "est vide".

Le député a déclaré "ne pas être au courant" de cette situation alors que cela fait un an qu’elle défraie la chronique locale (perquisitions, convocations aux commissariat, rassemblements)...

Un moyen aussi de demander des comptes sur leur dérobade quant à l’amnistie sociale...




Voir ci-dessous l’article de "La Nouvelle République" du 2 juillet 2013

Les militants de Sud PTT interpellent le député

(Photo NR, Patrice Deschamps)

Le bras de fer entre les militants Sud-PTT et le directeur régional de La Poste s’est prolongé, hier, par une manifestation organisée par le syndicat devant la permanence du député Jean-Patrick Gille, rue Nationale, à Tours.
Le 16 mai, le secrétaire général de Sud-PTT, Pascal Routy, avait été mis en examen pour injure publique envers un particulier. Cette décision du juge fait suite à une enquête ouverte après la plainte du directeur régional de La Poste en raison d’un article paru dans la revue satirique du syndicat.

« Nous contestons le caractère injurieux des propos incriminés, explique Pascal Routy. Nous avons utilisé des termes pour décrire le côté autoritaire de ce directeur mais ce n’est pas de l’injure. »

Cet article anonyme, publié dans la revue du syndicat, faisait suite à une sanction infligée à un militant de Tours Marceau, Didier Cechella. Celle-ci a, depuis, été annulée par le tribunal administratif.

Le député Jean-Patrick Gille a pu s’entretenir quelques instants avec les manifestants. Il a promis de contacter la direction de La Poste pour tenter de trouver une voie d’apaisement dans ce conflit.

Navigation