Les facteurs reprennent sans pause méridienne Article NR de l’Indre du 13 décembre 2011

, par  Sud PTT 36-37 , popularité : 7%

Plus de pause méridienne et une journée allant de 7 h 48 à 13 h 45 : facteurs et direction de La Poste ont trouvé un accord. Le travail a repris hier après-midi.

Les facteurs grévistes de Châteauroux et Déols ont bien repris le travail. Mais aucun accord n’a encore été signé avec la direction départementale de La Poste.

C’est la fin de trois semaines de conflit. - (Photo d’archives NR) Les négociations ont été longues et difficiles. Mais direction départementale de la Poste et intersyndicale sont enfin parvenues à trouver un accord, hier. Accord qui a permis une reprise du travail presque complète dans l’après-midi.
Dans un communiqué, la direction de la Poste affirme que « la distribution du travail reprendra son cours normal à partir de mardi ».

Le communiqué précise que « la direction et les représentants du personnel sont parvenus à trouver un accord sur la base d’une proposition d’organisation sans pause méridienne, puisque prévoyant une fin de service des facteurs avant 13 h 45, avec un jour de repos supplémentaire toutes les huit semaines.
« Cette organisation correspond aux attentes des grévistes et aux obligations réglementaires et d’organisation. »

Consultation

« L’organisation proposée nécessitera la signature d’un accord majoritaire avec les organisations syndicales et sera soumise à la consultation de l’ensemble du personnel de Châteauroux Le Corbusier à bulletin secret qui aura lieu avant le 20 décembre », souligne la direction départementale. « Si le nouveau scénario est retenu lors de la consultation, l’organisation se mettra en place le 17 avril 2012. A défaut, c’est l’organisation en place depuis le 22 novembre qui prévaudra. » La direction tient par ailleurs à rappeler que « la reprise du travail s’est effectuée lundi après-midi sur la base de l’organisation actuelle, en place depuis le 22 novembre ».

Résumons : avant le début du conflit, il y a trois semaines, les journées de travail des trente-sept facteurs concernés du centre de distribution du courrier Le Corbusier, commençaient, six jours sur sept, à 7 h 30, pour s’achever à 13 h 41. Dorénavant, elles débuteront à 7 h 48 et se termineront à 13 h 45. Pas loin d’être à peu près la même chose. Tout ça pour ça ?

Bruno Mascle


Article NR de l’Indre du 14 décembre 2011


La Poste : ’’ Pas d’accord pour l’instant ’’

Nous l’évoquions dans notre édition de mardi : les facteurs ont bien repris le travail lundi après-midi. Mais dans des conditions bien plus compliquées que la seule lecture du communiqué émanant de la direction départementale pouvait le laisser penser.

« En l’état actuel des choses, il n’y a pas de signature et donc pas d’accord. Nous avons simplement eu droit à une annonce orale faite par la direction, lundi après-midi », souligne Aline Pornet, ancienne secrétaire départementale de la CGT-PTT et membre du bureau.

« Ce que nous retenons, c’est que La Poste s’est engagée, à titre transitoire, sur une organisation sans pause méridienne, avec mise en place de renforts pour compenser les deux tournées supprimées. Mais nous parlons bien d’une période transitoire qui durera jusqu’au mois d’avril. Après, il faudra à nouveau négocier. Nous ne nous laisserons pas imposer, demain, ce qu’on voulait nous imposer aujourd’hui. Pas question, les gars ont fait de trop gros sacrifices. »


’’ Notre combat est aussi celui des usagers ’’

Pour les postiers grévistes, la note est effectivement salée. « Tout sera retenu sur la paie de décembre. Avec des salaires moyens de 1.200 €, il ne va pas rester grand-chose. Mais, si nous sommes amers devant la surdité et l’aveuglement de notre direction - une direction qui ignore le code du travail - nous avons aussi la satisfaction d’avoir tenu bon. Après trois semaines de grève, la direction a été contrainte de reconnaître que l’organisation qu’elle souhaitait mettre en place n’était pas tenable et que les deux tournées supprimées manquaient. »

« Notre lutte est aussi celle des usagers, poursuit Aline Pornet. A travers leur fameuse machine à trier, les responsables de La Poste veulent servir en premier les gros usagers, disposant de boîtes postales. Cela induit que les facteurs commencent de plus en plus tard. Fatalement, le courrier arrivera aussi de plus en plus tard chez les petits. Pour nous, c’est tout simplement inacceptable. »

Bruno Mascle

Navigation