La grogne des facteurs monte en puissance Article de "la Nouvelle République" de l’Indre, du 6 décembre 2011.

, par  Sud PTT 36-37 , popularité : 14%

Hier matin, une soixantaine de facteurs grévistes se sont retrouvés devant les grilles de la plate-forme de préparation et de distribution du courrier de Déols.
Les grévistes réunis, hier, à Déols.

Avec un tel stock de palettes, nous sommes là pour un bon moment. Ambiance joyeuse, hier matin, devant les grilles de la plate-forme de préparation et de distribution du courrier de La Poste installée à Déols. Jusqu’alors concentrée sur l’unité de distribution castelroussine, la contestation s’est décentralisée en même temps que gonflaient les effectifs : d’une petite vingtaine, la semaine précédente, on comptait ce lundi une soixantaine de grévistes suivant les chiffres fournis par la direction (lire par ailleurs).
« Oui, le mouvement a été contagieux », se réjouit Michel Cortes, de la CGT. Aucun changement dans les mots d’ordre. Hier matin, entourés par la douce fumée des palettes, les représentants de l’intersyndicale évoquaient toujours leur opposition à « cette dégradation annoncée de nos conditions de travail due à cette fameuse pause méridienne imposée par la direction ».

Préavis départemental

Après une première réunion visiblement infructueuse organisée dans la matinée, direction et représentants des grévistes se sont à nouveau retrouvés en fin d’après-midi. En espérant de nouvelles propositions, les grévistes affirmaient leur volonté de maintenir la pression. « Un préavis départemental a été lancé pour la journée de mardi », soulignait Michel Cortes peu avant de retrouver la table des négociations, sur le coup de 16 h 30. « Nous le maintenons, et nous souhaitons vraiment que la mobilisation soit à la hauteur de l’enjeu. »

repères

L’appel à la mobilisation lancé par l’intersyndicale, avec un préavis illimité de Sud, a visiblement connu un écho positif auprès des postiers. Ce lundi, le mouvement initié voilà maintenant trois semaines, a réuni 58 grévistes. Des grévistes qui se sont donc réunis devant la plateforme de préparation et de distribution du courrier de Châteauroux-Déols. « La dispersion sur les établissements du département a été assurée ainsi que toutes les remises matinales aux clients de la PPDC et la distribution du courrier en boîtes postales », souligne la direction départementale de La Poste, dans un communiqué. « La distribution des colis est également assurée. Le plan de régulation est activé avec des renforts pour assurer la distribution du courrier dans le respect du droit de grève. La direction réaffirme la nécessité de mise en place de la pause méridienne dès lors que l’horaire de fin de service dépasse 13 h 45. »


Bruno Mascle


N R Déols_ 16e jour de grève pour les postiers -... par siksatnam

L’article de la Nouvelle République de l’Indre du 17 décembre 2011.

Poste et facteurs grévistes : à dix minutes près

Direction et intersyndicale se sont quittées hier sur un nouveau constat de désaccord. Les facteurs grévistes réclament la nomination d’un médiateur.


Ils s’étaient quittés la veille au soir avec en poche les dernières propositions faites par la direction aux grévistes : prise de service à 7 h 55, fin de service à 13 h 45, suppression de la fameuse pause méridienne et une pause de 15 minutes incluse dans le temps de travail. Hier, direction et intersyndicale se sont à nouveau retrouvées autour de la même table de négociation. Sans plus de succès.

« Entre les horaires de la direction et les nôtres, il y a dix petites minutes de différence », souligne Michel Cortes, de la CGT. « Eux proposent 7 h 55-13 h 45, nous restons sur le 7 h 45-13 h 56. La seule mais énorme différence, c’est que l’organisation prônée par la direction s’articule sur 35 heures et sur 6 jours au lieu des 37,04 heures actuelles. Il faudrait donc absorber la même masse de travail avec 124 minutes de moins par semaine et par agent. Et surtout, cela s’accompagnerait de la perte de 17 jours de repos de cycle annuels. C’est évidemment inacceptable. » « Ce qui est aussi totalement inacceptable, c’est que la direction nous fait un véritable chantage en déclarant que si nous n’acceptons pas ses propositions, elle reviendra à la pause méridienne. Ce mardi après-midi, devant notre refus réitéré, les représentants de la direction se sont levés et ont quitté la salle sans autre forme de procès... »

’’ Pas de gaîté de coeur ’’

Pour les grévistes débute, ce mercredi, la 18e journée de grève. « Ce n’est vraiment pas de gaîté de cœur, soupire Michel Cortes. Plus que jamais, nous sollicitons auprès du préfet, la nomination d’un médiateur. Il faut absolument trouver une issue au conflit. »

repères

Outre les cinquante-quatre grévistes dépendant de la plateforme de Châteauroux-Déols-Ardentes, le mouvement départemental de grève lancé par la CGT a été suivi par vingt-cinq autres facteurs, selon les chiffres communiqués hier par la direction.

Bruno Mascle

Navigation