Rassemblement en soutien à notre camarade Eric Ménard

, par  Sud PTT 36-37 , popularité : 8%

Une cinquantaine de militants se sont réunis en bas de la direction du courrier afin de soutenir Eric Ménard, représentant CHS-CT SUD au bureau de Tours Marceau, et menacé de licenciement par un conseil de discipline.

Une présence très discrète de la CGT, même pas une dizaine de ses collègues de travail présents pour le soutenir, mais bonne mobilisation de SUD PTT et soutien de SOLIDAIRES 37 (avec des camarades de la Santé, du rail et de l’Education nationale).


La lettre de MF Beaufils, sénatrice d’Indre et Loire, en soutien

Article Nouvelle République du 29 novembre 2011

Un postier de Sud refuse de travailler plus

Le conseil de discipline de La Poste a proposé deux mois de suspension d’un postier tourangeau. Plusieurs fois, il a refusé d’assumer plus de travail.
Des syndicalistes de Sud sont venus hier soutenir leur collègue Éric Ménard pour son passage en conseil de discipline, dans les bureaux du Champ Girault, à Tours.

Des syndicalistes de Sud sont venus hier soutenir leur collègue Éric Ménard pour son passage en conseil de discipline, dans les bureaux du Champ Girault, à Tours.

Déjà tendue, la situation ne s’arrange pas au bureau de poste Marceau, à Tours. Hier, un facteur contractuel, Éric Ménard, est passé devant le conseil de discipline de La Poste, qui a fait une proposition de deux mois de suspension, évidemment sans salaire. La décision appartient désormais au directeur du courrier d’Indre-et-Loire, de l’Indre et du Cher, Jean-Jacques Tibi, qui devrait se prononcer assez vite. Généralement, les propositions du conseil de discipline sont suivies. Les militants de Sud affirment que si Éric Ménard est sanctionné, c’est parce qu’il refuse de travailler parfois plus pour prendre en charge une partie d’une tournée supplémentaire, dite la « sécable ».
« Ces refus ne sont pas systématiques, j’ai accepté par exemple la semaine dernière mais ce qui devait rester rare pour pallier des absences inopinées est devenu un moyen de remplacement », explique Éric Ménard, 46 ans, facteur depuis six ans, élu depuis peu au CHSCT. Cet été, un autre postier, Didier Cechella, a été suspendu trois mois, de juillet à septembre 2011. D’après Sud, un autre postier a écopé plus récemment de deux semaines de suspension pour avoir refusé de revenir sur ses jours de congés posés, puis changés.
Sans vouloir entrer dans le détail des griefs adressés au facteur, la direction se borne à dire qu’ils sont « nombreux » et anciens. « Il a déjà eu un blâme, avec des recommandations faites mais pas prises en compte. La Poste doit faire face à des contraintes fortes, la distribution du courrier six jours sur sept, avec l’obligation de faire face à des absences ponctuelles. Pour pallier, des tournées sont partagées. En cas de dépassement d’horaire, l’agent est payé en plus. Ce système est obligatoire, et d’ailleurs très peu de refus sont opposés », précise le directeur du courrier, Pierre Massy. Il ajoute que la proposition de suspension a été votée « à l’unanimité » par cet organe paritaire.

Ci dessous, le reportage de France 3 Touraine :

Voir en ligne : http://info.francetelevisions.fr/vi...

Navigation